Read Le baptême des ténèbres by Ghislain Gilberti Online

le-baptme-des-tnbres

Cécile Sanchez, commissaire de police spécialisée en criminologie, en analyse comportementale et en interprétation du langage non verbal, dirige une section d’élite de l’OCRVP, l’Office central pour la répression des violences aux personnes. Elle traque les criminels les plus dangereux et déviants de l’Hexagone. Entourée par un médecin-légiste aussi compétent qu’excentriquCécile Sanchez, commissaire de police spécialisée en criminologie, en analyse comportementale et en interprétation du langage non verbal, dirige une section d’élite de l’OCRVP, l’Office central pour la répression des violences aux personnes. Elle traque les criminels les plus dangereux et déviants de l’Hexagone. Entourée par un médecin-légiste aussi compétent qu’excentrique, un groupe méticuleux de la police scientifique et une section d’assaut structurée en meute, Sanchez devra cette fois percer les arcanes d’un tueur au psychisme atypique. Celui qui est rapidement surnommé « le Ramoneur » au sein des services de police, à cause de son penchant pour pénétrer ses victimes à la lame, signe ses actes en dessinant sur les visages des suppliciées un masque mortuaire à l’esthétique sanglante.Alors que les enquêteurs luttent pour travailler à couvert, en retardant au maximum la fièvre médiatique, le tueur va accélérer la cadence et modifier son mode opératoire jusqu’à atteindre un niveau de barbarie insoutenable.Au fil des investigations, la commissaire va plonger au cœur d’un dossier ténébreux. Heureusement, un spécialiste des profondeurs va la rejoindre en chemin et jouer le rôle d’un Virgile des temps modernes....

Title : Le baptême des ténèbres
Author :
Rating :
ISBN : 2843377412
Format Type : Paperback
Number of Pages : 385 Pages
Status : Available For Download
Last checked : 21 Minutes ago!

Le baptême des ténèbres Reviews

  • Sonya Serial Reader
    2019-04-29 23:19

    Pour les amateurs du thrillers, ceux qui ont l'estomac et le coeur bien accrochés, courez volez procurez-vous ce livre! Un page-turner comme on en voit rarement! Un tueur en série plus sadique que l'on peut imaginer! Des scènes de meurtre d'une horreur inégale avec des méthodes médiévales de tortures et de mise à mort. Le personnage de la commissaire Sanchez est plus charismatique que jamais, cette flic-criminologue s'engage dans une sorte de duel infernal contre un tueur aussi intelligent que détraqué, qui chasse des jeunes femmes aux ressemblance frappante pour leur faire subir des sévices inimaginables puis les tuer. Une enquête haletante super bien documentée, une course poursuite, une spirale destructrice, plein de faits historiques et de références à Lewis Caroll et son Alice, c'est comme si Ghislain annonçait le ton pour son prochain roman (réécriture noire de Alice au pays des merveilles) que j'attends mais avec une impatience!!

  • Valérie Sangpages
    2019-05-09 20:31

    La vache le truc ! Accrochez vos ceintures ! Non... Vos harnais de sécurité, c'est plus prudent !Enveloppez-vous de papier bulle, mettez les pamires et les lunettes de protection...vous allez être malmenés ...très malmenés...Entrer dans un livre de Ghislain, c'est entrer dans quelque chose dont on ne sait pas si on va pouvoir en ressortir indemne. Pour ma part, ce ne fût pas le cas.On retrouve toute l'équipe de Cécile Sanchez. Barthélémy, lui, est sur une affaire de poseur de bombe à Marseille et est pour le coup absent de cet opus.Le baptême des ténèbres, c'est la traque d'un tueur hors norme, un tueur, certes malade, mais qui pour une fois n'a pas de passé particulièrement terrible. Pas d'histoires de sévices ou de maltraitances particulières. "Juste" un véritable psychopathe habité par le mal, pour de vrai et ce, depuis sa plus tendre enfance.A peine au quart du livre, on connaît son identité. Pas de suspens de ce côté-là mais c'est sans aucune importance puisque l'ampleur de ce livre se situe bien ailleurs.Le développement, la chasse à l'homme d'envergure ou plutôt la chasse à la bête devient le véritable enjeu.Happée direct par les mots, par les personnages, je me suis retrouvée emportée dans le fond du mal, dans les perversions, dans la douleur à l'état brut.Le baptême des ténèbres, c'est un plongeon dans le monde d'en dessous. Dans cette ville sous la ville. De cette vie sous la vie. D'un monde avec ses règles, ses principes, ses habitants et ses territoires. On frise la panique, la crise de claustrophobie. On se retrouve en apnée !Toujours aussi techniquement au point. Précis, détaillé. Chaque chose est à sa place. Tout concorde, tout est sans faille. Les images s'imposent, s'impriment direct au fond de ma rétine. Tellement réaliste...C'est littéralement percutant et pourtant, le contraste des noms bibliques semblent vouloir conjurer le sort...semblent vouloir se placer au-dessus de l'horreur, au-dessus du mal... Un livre comme un rituel...Tout en psychologie, c'est absolument génial ! Pour mon plus grand plaisir, la synergologie est toujours omniprésente au travers de Cécile. Son analyse des personnages me fascine à chaque fois. Je relis chaque passage, je revois, je reprends le comment du pourquoi...Et ? Je jubile !Fidèle à elle-même, elle prend encore plus de corps dans cet opus. Je l'adore, c'est certain !Un retour sur les faits du" Le festin du serpent " On suit l'évolution de l'affaire qui nous réserve quelques rebondissements. On ne s'y attendait pas 😜Le baptême des ténèbres c'est aussi une fin bouleversante qui tirerait presque les larmes...Ghislain  confirme cet art de nous surprendre, de nous faire voguer sur toutes nos émotions. De nous emmener dans l'horreur mais aussi dans la poésie et la beauté. Un véritable paradoxe.Pas de chichi, pas de faux semblant. Du vrai, du fort de la vraie vie. Comme ça se passe vraiment, sans véritable "Happy end" parce que les super "Happy end" c'est que dans les livres...Un véritable orgasme littéraire...Je n'en dirai pas plus !

  • Sibylle Seys smets
    2019-04-27 19:37

    Tiré en longueur à l extrême pour une histoire finalement assez basique qui fait semblant d être sophistiquée. Rien n est réussi à part le personnage principal qui mériterait bien mieux.

  • The Cannibal
    2019-04-29 22:15

    Robert Larousse me le confirme, « Baptême : plonger dans un liquide ». Lors de votre baptême, on vous a plongé la tête dans l'eau, si vous êtes étudiant, ce sera dans la bière pour le bizutage en règle.Ici, pour votre baptême, vous plongerez dans le sang et la tête la première dans des ténèbres épaisses, profondes et sinistres.Ténèbres au sens figuré puisque vous aurez un aperçu de l'âme tourmentée d'un serial killer particulièrement réussi et au sens propre, étant donné que les souterrains de la ville et la faune qui y grouille n'auront plus aucun secret pour vous.La plume de l'auteur est magique puisque, malgré une narration au présent que je déteste, j'ai mis du temps à m'en rendre compte, tant le style de son écriture, acéré comme un scalpel, m'avait agrippé dès le départ.Il est comme ça le monsieur, il couche des mots sur le papier et comme il y met toute son âme, toutes ses tripes, toutes ses connaissances de certains milieux, et bien, ça vous accroche, ça vous scotche et ça ne vous lâche plus.Bon sang, on se croirait dans un récit « vrai » et pas une « fiction », comme si on lisait les mémoires d'une commissaire de la section d'élite de l'OCRVP.On plonge fort bas dans les ténèbres, on les explore, on tremble, on sue et on serre les fesses.Son premier roman m'avait emporté dans une maelstrom d'émotions, le second aussi. D'un genre différent puisque pas d'alternance de personnages dans les chapitres, mais il m'a permis de mieux faire connaissance avec un de ses personnages, Cécile Sanchez, la commissaire de police spécialisée en criminologie, en analyse comportementale et en interprétation du langage non verbal, dirigeante de la section d'élite de l'OCRVP.Pourtant, j'avoue avoir eu un peu peur quand, peu après la page 100, la commissaire nous annonçait déjà le nom du criminel… Là, je me suis demandée comment on allait pouvoir meubler les 300 pages restantes.Franchement, l'auteur aura le droit de me taper sur l'épaule et de me dire, en me faisant des gros yeux (si je le croise un jour) : "Tu n'as pas honte d'avoir mis en doute mon talent, femme de peu de foi ?". Oui, "shame on me" d'avoir eu cette idée qui m'a traversé l'esprit.Non seulement l'auteur nous tient en haleine tout en nous donnant le nom du coupable, mais en plus, il nous entraine à sa poursuite à tel point que les pages défilent sans que l'on s'en rende compte. Pour les 90 dernières, c'est de l'adrénaline pure.La tension est toujours présente, le suspense aussi, sans en ajouter et sans abuser des codes du thriller. Gilberti joue avec nos nerfs et notre claustrophobie (si vous l'êtes) comme un chat avec une souris.Les personnages sont bien torchés, j'apprécie de plus en plus Cécile et le criminel était réussi, bien que j'aurais aimé entrer dans sa tête durant les crimes. Bon, je ne vais pas faire ma chieuse, niveau psychologique, on est bien servi.Niveau scènes de crimes, les amateurs de hard seront servi, les autres déglutiront un bon coup et inspireront profondément (si je puis me permettre ce mot, vu les mises à mort). Je précise que les descriptions un peu hard sont nécessaires et sans voyeurisme "gratuit", la commissaire étant un personnage qui a de l'empathie et du respect pour ces pauvres femmes.Malgré tout le plaisir que j'ai eu à lire ce roman, je pense coller un procès à monsieur Gilberti pou l'augmentation de mon rythme cardiaque, pour ma tension artérielle qui a monté en flèche, pour mes mains qui sont devenues moites, pour ma déglutition qui s'est parfois coincée, pour mes jambes qui se sont serrées, malgré moi.Indemnités pour ma claustro qui est revenue, pour ma respiration qui s'est accélérée et pour le fait que par deux fois j'ai failli louper mon arrêt de métro !! Sans la présence de mon mari, j'étais en route pour le terminus.Procès aussi parce que maintenant, je dois attendre pour le troisième opus afin de découvrir de nouvelles aventures.Les romans de Gilberti, c'est une plume acérée, un récit rythmé, des personnages taillés à la serpe, avec de la profondeur, un méchant psychologiquement travaillé et un travail titanesque afin de blinder toutes les parties du récit pour que l'ensemble soit cohérent et vraisemblable.Bref, un put*** d'excellent roman policier/thriller dont la couverture trouve son explication dans le récit."Quand tu regardes l'abîme, l'abîme regarde aussi en toi." J'ai intérêt à me plonger dans ma collection de Petzi, à présent.Merci, Ghislain pour ce roman magnifique, tu peux être fier de ton travail. Moi, les mots me manquent pour rendre hommage à ton récit.

  • maman tu lis quoi ?
    2019-05-16 23:27

    Une intrigue très bien ficelée qui nous tient en haleine jusqu'à la dernière page.Lors du Prologue on suit notre futur tueur en série enfant qui s'amuse à chasser de petits animaux dans une cave et un jour lorsqu'il décide de chasser un lapin blanc dans la cave truffée de pièges à son attention, le lapin s’échappe dans un passage vers les égouts ...Pour une fois on arrive en plein milieu de l’enquête du Commissaire Cécile Sanchez, car le tueur en est déjà à sa troisième victime, les meurtres s’enchaînes très vite et dès la centième page on connait l'identité du tueur, je me suis demandée comment l'auteur allait nous faire tenir jusqu'à la fin du livre qui compte 316 pages.Et c'est sur la traque de notre tueur en série "Le Ramoneur" que l'auteur montre tout son génie dans l’élaboration de la psyché du tueur comme sur le raisonnement de Cécile Sanchez pour comprendre et débusquer celui-ci et effectivement il fallait bien 200 pages de plus pour Cécile Sanchez afin de le poursuivre jusque dans son terrier.

  • Freddy
    2019-05-11 20:10

    Un page turner ultra efficace, un tueur sombre au possible… difficile de décrocher de ce polar !